Nouvelles
Des responsables jésuites au ministère de la Sécurité intérieure afin de plaider pour une politique accueillante à l’endroit des demandeurs de refuge

10 octobre 2019 — « Accueillir, protéger, promouvoir, intégrer ». Ces mots du pape François appellent les collectivités partout dans le monde à recevoir des migrants, des réfugiés et des demandeurs d’asile. Faisant écho à cet appel, des responsables jésuites des États-Unis et du Canada ont rencontré aujourd’hui le Secrétaire intérimaire à la Sécurité intérieure des États-Unis pour plaider la cause des personnes qui cherchent refuge aux États-Unis.

Le président de la Conférence jésuite, le père Timothy Kesicki, SJ, et les provinciaux des six provinces jésuites du Canada et des États-Unis ont pressé le Secrétaire intérimaire Kevin McAleenan d’appliquer une politique d’asile humaine et accueillante à la frontière des États-Unis et du Mexique. Ils ont notamment demandé au ministère de la Sécurité intérieure de mettre un terme à sa politique « Restez au Mexique », à la détention prolongée des familles et aux nouveaux obstacles érigés dernièrement contre la demande d’asile.

Une Centre-américaine porte son enfant à Tijuana, au Mexique, après avoir été refoulée à la frontière des États-Unis en vertu de la politique « Restez au Mexique » (Carlos Jasso)

Pour faire ressortir les conséquences concrètes de ces politiques, les provinciaux jésuites ont présenté au Secrétaire McAleenan l’histoire poignante de migrants de leur région, comme celle de Jorge, un Salvadorien qui avait été enlevé et intimidé par des gangs. Jorge a fui le Salvador et, après son arrivée à Cincinnati, les gens de la Bellarmine Chapel l’ont aidé à naviguer à travers les écueils du processus de demande de refuge. Bien que l'issue de sa demande d'asile reste incertaine, plus de 560 paroissiens ont envoyé des lettres officielles au tribunal de l’immigration pour appuyer sa demande.

Les demandeurs d’asile doivent affronter d’énormes difficultés, mais les provinciaux ont aussi pu montrer comment des communautés accueillantes arrivent à leur redonner espoir et sécurité. Ces récits de vie prouvent que la hausse du nombre de demandes d’asile n’est pas une excuse pour négliger ses obligations morales et légales envers des personnes qui ont besoin de protection. Les provinciaux ont rappelé à la Sécurité intérieure que la demande d'asile n'est pas un crime et qu’elle est protégée par le droit américain et par le droit international.

« Nous avons eu un entretien franc et honnête, et nous nous en réjouissons. Mais nous sommes impatients de donner suite aux préoccupations que nous avons soulevées », a dit le P. Ted Penton, SJ, secrétaire du Bureau Justice et Écologie de la Conférence jésuite, à la suite de l’entrevue avec le Secrétaire intérimaire McAleenan.

Selon le P. Kesicki, la rencontre a été l'occasion pour les responsables jésuites de traduire leur foi en action. « Accueillir l'étranger est une dimension importante de la vie selon l'Évangile, a-t-il déclaré. Je suis consterné de voir combien de pays ont peur des migrants et des demandeurs d'asile. Alors qu'en fait, la migration est une source de bien, de créativité et de vie nouvelle dans le monde. »

Les six provinciaux jésuites et le président de la Conférence jésuite, le père Tim Kesicki, ont rencontré le Secrétaire intérimaire à la Sécurité intérieure afin de faire valoir les droits des demandeurs de refuge.

Loin d’être accueillantes, les politiques à la frontière mettent en danger la vie de milliers de demandeurs d’asile. Les responsables jésuites ont souligné l’urgence d’en finir avec ces politiques inhumaines, notamment avec la politique « Restez au Mexique ». Sous le nom officiel de Protocoles pour la protection des migrants, cette politique oblige les demandeurs d’asile centre-américains à demeurer au Mexique jusqu’à ce que leur demande de refuge ait été traitée, ce qui laisse des dizaines de milliers de migrants bloqués et vulnérables à la traite des personnes, à l’extorsion, à la violence, à l’itinérance et à d’autres conditions inhumaines.

De même, les dirigeants jésuites ont exprimé leur colère face à la détention de migrants pendant des mois ou des années, dans l'attente de leur audience d'immigration, parfois dans de très mauvaises conditions. Au lieu d'incarcérer les demandeurs d'asile, ont-ils fait valoir, le ministère devrait rétablir et développer les programmes communautaires d’aide aux familles, qui sont plus rentables et qui respectent, surtout, la dignité et les droits des migrants.

Les provinciaux ont aussi demandé qu’on abroge les nouvelles règles, plus strictes, d'éligibilité au refuge. Les demandeurs d'asile d'Amérique centrale fuient des modèles économiques défaillants, la violence et corruption au Guatemala, au Honduras et au Salvador. Mais une nouvelle règle imposée par le ministère américain de l’Intérieur exige que la plupart des demandeurs d'asile présentent d’abord une demande de refuge dans un pays de transit, ce qui revient à leur imposer de chercher refuge dans un pays que ses habitants fuient par milliers. Les provinciaux ont dénoncé l'aggravation de la tendance à expulser arbitrairement des demandeurs d’asile mexicains, sans audience, malgré le danger avéré auquel sont exposées les personnes renvoyées au Mexique.

Pour le père Scott Santarosa, SJ, provincial de l’Ouest des États-Unis, la politique d'immigration actuelle « trahit notre identité de pays d’immigration ». Il appelle les Américains à « élever la voix pour faire davantage de notre pays le pays que nous croyons qu'il devrait être - le pays qu'il veut être. Qu'est-ce que ça veut dire ? Ça veut dire mettre sur la table nos convictions et dire ouvertement : voilà en quoi je crois. »

Unissez-vous aux efforts de la Conférence jésuite pour appuyer les migrants et les demandeurs d’asile.





Nouvelles récentes

Shannon K. Evans, autrice et mère de cinq enfants, raconte les moments de grâce de son quotidien.

La première expérience de contemplation ignacienne de Nicole Walters l’a menée à une profonde rencontre avec Dieu.

Le père Greene entrera en fonction le 31 juillet 2020.

Le père Laramie, agent de pastorale et auteur, complète des phrases avec ses réponses pour nous donner un aperçu plus approfondi de sa vie et de sa vocation.

16 novembre 2019 — « Comment vous pouvez nous aider? Ouvrez tout simplement votre cœur, votre cœur humain », disait le père Ignacio Ellacuría, SJ, aux étudiants de l’Université de Santa Clara en 1982.

La maman veut qu’il sache que Dieu peut intervenir dans ce qui paraît insignifiant à première vue.

L’examen quotidien est une pratique qui plonge ses racines dans la tradition contemplative et qui aide à trouver Dieu en toutes choses. Mais pas besoin d’être jésuite pour l’essayer.

visualisez toutes les nouvelles

Nouvelles de recherche

Publications
Depuis que Saint Ignace a acheté une première presse en 1556, les jésuites ont été engagés dans les communications. Aujourd'hui la Compagnie de Jésus publie un certain nombre de publications et de revues reconnues. Cliquez ici pour accéder à nos publications les plus récentes.

America - 7/20/15

America - 7/6/15

America - 6/22/15



Jesuit Retreat Center of Los Altos
The Jesuit Retreat Center of Los Altos has offered prayerful solitude and inspiring vistas to those seeking spiritual rejuvenation since 1925.