Nouvelles
Communitas ad dispersionem au temps du coronavirus

par Matthew Carnes, SJ

16 mars 2020 — Alors que les collèges et les paroisses jésuites appliquent l’« éloignement social »  pour affronter le coronavirus, je me surprends à éprouver toute une gamme d’émotions. Ma première réaction, c’est la tristesse d’être séparé de mes élèves et de mes collègues et amis, et une certaine confusion quant à ce que tout cela signifiera pour l’avenir que nous étions en train de bâtir.

Mais je repense à la façon dont se voyaient saint Ignace et les premiers compagnons: ils estimaient former une communitas ad dispersionem, une communauté pour la dispersion.

Ils s’étaient d’abord sentis appelés par Dieu à partager une vie et une mission communes, et ils avaient découvert une joie authentique en présence les uns des autres. Les années passées à Paris comme étudiants puis leur ministère à Venise et à Rome les avaient amenés à se qualifier d’« amis dans le Seigneur », unis au quotidien dans la prière et le service.

Mais quand les besoins de l’heure ont exigé qu’ils se dispersent à la surface du globe, ils sont allés. Souvent à un jour ou une semaine d’avis, ils sont partis vers l’inconnu, pour répondre aux besoins des malades et pour saisir les occasions qui s’offraient d’enseigner, d’apprendre et d’accompagner.

En dépit des interruptions et des séparations, toutefois, ils sont restés étroitement unis les uns aux autres grâce à la technologie de l’époque : leurs lettres, rédigées avec soin et largement diffusées, pour que chacun continue de se sentir uni à tous les autres. Ces lettres, ils les ont lues et relues en priant les uns pour les autres tous les jours. Ils ne formaient toujours qu’une seule communauté, ils partageaient la même mission, ils vivaient la même vie,

À la fin d’une semaine qui a provoqué tant de changement et tant de bouleversement, je suis réconforté de voir déjà mes amis, mes collègues et mes élèves saisir l’occasion, dans le même esprit que ces premiers jésuites. Utiliser la technologie d’aujourd’hui, avec tous ses gadgets, et ses ratés occasionnels, pour témoigner de la bonté et de la compassion, pour encourager et relever le moral. Attentifs à nous inspirer les uns les autres au moment de faire face aux défis. Séparés, sans doute, et néanmoins unis. Nous sommes toujours la même communauté.

Le père Matthew Carnes, SJ, est professeur adjoint au Département de politique gouvernementale et à l’École de diplomatie Walsh à l’Université Georgetown, et il dirige le Centre des études latino-américaines de Georgetown.


Nouvelles récentes

Les périodes de crise nous amènent à réfléchir. Internet déborde d’articles du genre « Ce que j’ai appris pendant la pandémie. »

Pour égayer cette étrange saison de collations des grades, nous proposons ici un classement des mascottes des collèges et universités jésuites des États-Unis.

Réfugié somalien en Jordanie, Hassan Abdullahi partage son expérience pendant la COVID-19.

Shannon K. Evans, autrice et mère de cinq enfants, raconte les moments de grâce de son quotidien.

En pensant à ce que signifiait le coronavirus pour sa famille, et pour les personnes dans la marge, Caron Bellm a écrit la « Prière pour une pandémie », aujourd’hui largement diffusée.

Le père O’Hare est décédé le 29 mars 2020 dans le Bronx, à New York, au terme d’une longue maladie. Il avait 89 ans.

Que peut nous apprendre la vie de ce saint jésuite pour la pandémie actuelle?

visualisez toutes les nouvelles

Nouvelles de recherche

Publications
Depuis que Saint Ignace a acheté une première presse en 1556, les jésuites ont été engagés dans les communications. Aujourd'hui la Compagnie de Jésus publie un certain nombre de publications et de revues reconnues. Cliquez ici pour accéder à nos publications les plus récentes.

America - 7/20/15

America - 7/6/15

America - 6/22/15



Jesuit Retreat House on Lake Winnebago
Located 80 miles north of Milwaukee, the Jesuit Retreat House on Lake Winnebago welcomes men and women of all faiths to its silent preached and directed retreats.